Prométhée
Site Communiste Militant

Prométhée (le Journal)
Numéro 67, mars 2007

Abonnements

 

Accueil
Prométhée
La Lettre de Prométhée
Communiqués
Qui sommes-nous ?
Liens
Ecrivez-nous

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil
Prométhée
La Lettre de Prométhée
Communiqués
Qui sommes-nous ?
Liens
Ecrivez-nous

Quand le MEDEF conseille les candidats à la présidentielle

  Besoin d’air , tel est le titre du livre de Laurence Parisot, présidente du MEDEF. Dans cet ouvrage la dirigeante du patronat français expose le programme de son organisation et apporte ses réponses aux questions posées dans la campagne électorale.

La durée du travail ?
« Le temps de travail ne peut se décréter uniformément et une bonne fois pour toutes , quelle que soit la taille de l’entreprise ou son secteur d’activité, quelle que soit la conjoncture. Nous pensons qu’il serait plus efficace économiquement que la durée du travail ne soit plus définie par la loi mais soit déterminée, branche par branche , entreprise par entreprise par un accord entre patronat et syndicats. » ( pages 16et 17 )

Dépenses publiques ?
« Nous demandons que soit inscrit dans la Constitution le principe d’équilibre des finances publiques, ce qui obligerait tout gouvernement à présenter et à faire voter un plan d’économies si les dépenses dépassaient les recettes. » ( pages66 et 67 )

Les impôts ?
« Moins de pression fiscale sur les entreprises. Réduire le taux de l’impôt sur les sociétés et créer un bouclier fiscal entreprise en limitant le poids total de l’impôt qui pèse sur l’entreprise. »( pages 67 et 68 )

Droit social ?
« Obtenons la liberté de créer de nouvelles normes juridiques hors du champ des grands principes généraux. Que les accords collectifs de travail puissent déroger aux principes législatifs. » ( page 89 )

Le SMIC ?
« Le SMIC doit être annualisé afin que son calcul tienne compte de tous les éléments de rémunération à caractère de salaire » ( page 97 )

Contrat de travail ?
« Aujourd’hui les entreprises travaillent projet par projet. Comme l’échéance du projet est connue à l’avance, nous recommandons la création d’une nouvelle forme de contrat de travail : le CDI de mission à rupture précausée. A mi chemin entre CDI et CDD, ce nouveau contrat intègre une clause de rupture automatique liée à la réalisation de la mission. » ( page 100)

Allocations chômage ?
« Le retour à l’emploi passe par une incitation à travailler. Comment faire ? Nous préconisons de maintenir un écart suffisant entre l’allocation et l’ancien revenu; de restaurer une forme de dégressivité des indemnités; et de conduire les contrôles de façon plus stricte et plus efficace. »( page 102 )

Réforme de l’Etat ?
« Nous préconisons d’introduire une culture du management et de la performance au sein des administrations. Une gestion des ressources humaines plus professionnelle plus entrepreneuriale permettrait de réduire le nombre de corps dans la fonction publique, de favoriser la mobilité entre les administrations , mais aussi entre secteurs public et privé et d’établir des critères de performance dans la politique salariale. Au Canada on a abandonné la garantie de l’emploi à vie. L’Etat canadien a réussi en un an à se réformer de manière spectaculaire. Pour construire le consensus national le gouvernement a obtenu l’appui des syndicats ainsi que de l’ensemble du monde des affaires. Les coupes d’effectifs ont été drastiques. En une journée le ministère des affaires étrangères a ainsi perdu 23% de ses effectifs. La morale de l’histoire : pour une réforme d’une telle ampleur, l’union sacrée gouvernement fonction publique syndicats entreprise est nécessaire. » ( pages103, 104 et 110 )

Les acquis sociaux ?
« Le concept d’acquis social apparaît comme un concept caduc et stérilisant. » ( page 114 )

Les retraites ?
« Les réformes de 2003 devront être amplifiées . » ( page 118 )

L’école et l’entreprise ?
« Pourquoi ne pas envisager de créer des passerelles ? Proposons des stages aux enseignants, donnons des cours d’économie gratuitement participons aux conseils d’administration, rendre nos universités compétitives . » ( pages 130 131)

L’Europe ?
« Nous les chefs d’entreprise nous sommes européens. Nous avons toujours soutenu les différentes étapes de la construction européenne. Au cours des dernières décennies nos entreprises ont profité du marché unique. La création de l’euro est une réussite exceptionnelle. Le travail est loin d’être achevé. Préparer un nouveau texte constitutionnel est une priorité et une urgence et mobiliser sur la stratégie de Lisbonne. » ( pages135 137, 138 )

  Pour Laurence Parisot l’Union européenne est une chance historique ( page135 ). Une chance historique mise en place et développée par tous les gouvernements qui ont mis en oeuvre tous les traités favorables au capital. Malgré la clarté de son livre programme, le MEDEF, par la voix de sa présidente, déplore que les projets des principaux candidats : « manque d’ambition » (le Monde du 15 mars 2007). A part ça le patronat est apolitique !

Albert Savani